Snes Drôme
Accueil du site
Brèves
La méthode Coué du Préfet
dimanche 26 février
Billet d’humeur après le CDEN du 10 février consacré à la rentrée 2012.
UNE ETRANGE EPIDEMIE DANS LA DROME ?
lundi 6 décembre 2010
par Jean-Louis Mollard

Depuis quelques temps, les collègues de la Drôme assistent à une véritable épidémie chez les Principaux. Comme l’écrit La Fontaine, tous ne mouraient pas mais tous étaient touchés !

Etrange maladie qui affecte les capacités intellectuelles de certains chefs d’établissements qui perdent le sens de l’arithmétique ou de la lecture des décrets de 1950.

Ainsi dans un collège des confins du département, un personnel de direction, frappé d’une soudaine amnésie, a privé les collègues de SVT et Physique des heures de "préparation" qui leur étaient dues et dont l’Inspection académique avait pourtant doté l’établissement. Sans explication autre que le fait du prince et le mot magique "d’autonomie". Après de vaines tentatives, il a fallu une intervention du Snes-Drôme pour que les collègues soient rétablis dans leurs droits. Non sans que de savoureuses explications ne nous aient été servies : aux collègues, "une rallonge donnée par l’IA" ; au Snes "la rectification d’une erreur d’imputation des heures de "vaisselle" indûment attribuées" à un chanceux AIPRT.

De même, dans un collège montilien, les heures d’Alllemand de 5ème ayant subitement disparu de la DHG, un collègue s’est vu proposer une VS fausse et un arrangement amiable pour que ses heures supplémentaires soient payées en HSE ! Las ! Cet ingrat refusa et réclama son dû en HSA ! Courroux du Principal qui supprima d’un coup de baguette les heures supplémentaires et du coup remodela un emploi du temps pour les germanistes de 5ème qui du jour au lendemain se retrouvèrent le 1er décembre mélangés avec les 4èmes.

De nouveau, les collègues et les parents alertent le Snes et après une audience à l’IA, chacun est rétabli dans son droit : le collègue comme les élèves. Là encore, il s’agissait d’une erreur informatique commise par le Principal.

Les fonctionnaires d’autorité sont bien peu de choses, à la merci de de l’autonomite aiguë doublée de principalite chronique. Sic transit gloria mundi !

Pour les collègues exposés à la contagion, un seul antidote : une bonne dose quotidienne de SNES.